C’est la question que se posent de nombreuses femmes à partir de 45 ans. Mais de multiples facteurs interviennent, comme le rappelle une nouvelle étude.

La ménopause est un phénomène naturel qui marque la fin des menstruations chez la femme. En France, on estime qu’environ 400 000 femmes sont ménopausées chaque année. Elle survient généralement entre 45 et 55 ans et s’accompagne souvent de divers symptômes.

 Parmi les plus courants, on trouve les bouffées de chaleur, la fatigue, l’irritabilité et les troubles du sommeil. Elle est précédée d’une période de pré-ménopause pendant laquelle les femmes ont des cycles irréguliers, en raison d’un déséquilibre hormonal.

Mais peut-on prédire l’âge de la ménopause ? Difficile, comme le rappelle une nouvelle étude publiée dans la revue Menopause. D’abord parce qu’il existe des variations individuelles dans la durée de vie reproductive.

 Mais aussi parce que la durée de la transition vers la ménopause est inégale entre les femmes. Les chercheurs ont néanmoins mis en évidence plusieurs facteurs clés qui indiquent que la ménopause est en train de se produire.

 Il s’agit notamment de taux élevés d’hormone folliculo-stimulante (FSH), de cycles menstruels irréguliers et de l’apparition des symptômes de la ménopause. Ils notent également que certaines habitudes peuvent influencer l’apparition de la ménopause : la consommation d’alcool, le tabagisme, l’activité physique ou l’utilisation d’une contraception hormonale.

Généralement, un bilan hormonal montrant un faible taux d’œstradiol associé à un taux élevé de FSH, confirme le début de la ménopause. Mais il est illusoire de penser que l’on peut déterminer avec précision à quel âge arrivera cette période de transition dans la vie d’une femme.

 La patience est donc de mise, d’autant que les symptômes peuvent durer. Une étude américaine publiée en 2015, après avoir analysé les dossiers médicaux de 3 300 femmes ménopausées, avait conclu que les bouffées de chaleur duraient en moyenne… près de sept ans et demi ! Ce “yo-yo” hormonal, qui joue parfois avec nos nerfs, concernerait particulièrement celles qui rencontrent ces premiers signes désagréables très tôt, avant même l’arrêt de leurs règles.

Si vous êtes inquiète, n’attendez pas pour en parler à votre gynécologue, qui pourra vous orienter vers des solutions douces ou vous prescrire un traitement hormonal de la ménopause pour être moins gênée…

 

Share This

Partager ceci

Partagez cet article avec vos amis !