Euromelanoma, l’organisation européenne de données sur les cancers de la peau, demande la recrudescence de la quantité de cas de mélanomes dangereux et des reports de conclusion suite à l’urgence Covid-19. Euromelanoma met également en lumière les problèmes liés à 5 hypothèses sur la peau, la sécurité solaire et les maladies de la peau.

En cas d’apparition d’une maladie de la peau, une détection précoce est essentielle pour augmenter les chances de guérison, en particulier en cas de mélanome dangereux, le type de tumeur maligne de la peau le plus puissant.

Quoi qu’il en soit, les dermatologues constatent qu’un grand nombre de patients viennent les voir pour des maladies de pointe. Les exigences imposées par l’urgence Covid-19 ont sans aucun doute complété cette merveille : il est fondamental que tout le monde soit extrêmement prudent.

Dans cette circonstance unique, vérifiez diverses hypothèses dont les résultats peuvent être (exceptionnellement) dangereux.

A l’ombre ou un jour d’ombre = pas besoin d’assurance solaire

En effet, même par temps ombragé, la lumière vive (UV) peut être dangereuse pour la peau. Et si l’on garde à l’esprit que les rayons du soleil sont plus vulnérables à l’ombre, ils n’en sont pas moins présents et risqués. Les casquettes et la crème solaire sont vos meilleurs partenaires.

Pas de bain de soleil = pas de croissance maligne de la peau

Les personnes qui prennent des bains de soleil sont susceptibles de favoriser la croissance de tumeurs malignes de la peau, mais elles ne sont pas les seules. Il existe différentes circonstances qui augmentent le danger, par exemple le travail ou les exercices de relaxation qui se font régulièrement ou systématiquement à l’extérieur.

 Parmi les autres éléments, on peut citer le penchant héréditaire et le phototype (type de peau : les roux ou les personnes à l’apparence plus claire sont plus exposés au risque de brûlure par le soleil et donc de développement de tumeurs malignes).

Peau jeune = aucun risque de cancer

Les brûlures du soleil à un jeune âge augmentent le risque de développement de tumeurs malignes de la peau à l’âge adulte. Cependant, les tumeurs cutanées n’affectent pas seulement les personnes âgées, elles peuvent également toucher les jeunes adultes. Si vous voyez une tache douteuse sur votre peau, parlez-en à votre médecin généraliste ou à un dermatologue.

Derrière une vitre = aucun risque pour la peau

Une certaine lumière vive traverse le verre de votre maison, de votre bureau ou de votre véhicule et peut nuire à votre peau. Certes, si le verre canalise les UVB, il n’en va pas de même pour les UVA. Ils peuvent provoquer une brûlure due au soleil.

Peau brune = pas si bien que ça

Le fait que vous ayez le teint brun et que vous produisiez donc plus de mélanine (qui colore et tonifie la peau) n’implique pas qu’il n’y ait aucun danger. Les types de peau plus obscurs ont également besoin d’une assurance UV. Le taux d’application est équivalent à celui d’un teint clair, par exemple à intervalles réguliers. Le facteur d’assurance (SPF) peut être plus faible, mais il faut en tout cas faire attention.

Source de l’article cliquez ici

Share This

Partager ceci

Partagez cet article avec vos amis !