Ménopausée très jeune, Laurence a mis du temps à réapprivoiser sa vie sexuelle. A 53 ans, elle nous raconte comment les hormones l’ont d’abord privée de libido avant qu’elle ne parvienne à retrouver désir et plaisir. Témoignage.

“Pour la sécheresse vaginale, c’était la sécheresse vaginale !”

Je fais partie des femmes qui ont connu une ménopause précoce. Je n’ai rien vu venir. Mon stérilet hormonal masquait mes règles. Bien sûr, quelques bouffées de chaleur me surprenaient ici et là, et ma mère a été ménopausée à 42 ans. Mais je ne pensais pas à tout ça. Le verdict est tombé l’année de mes 44 ans, lors d’une visite chez le gynécologue. J’ai dû retirer mon stérilet, qui était arrivé à son terme. Très vite, en l’absence d’hormones, les symptômes sont apparus, et ce n’était pas facile : grande fatigue, vraies bouffées de chaleur, vertiges, moins de cheveux, et, pour compléter le tableau, sécheresse vaginale.

Et pour compléter le tableau, la sécheresse vaginale. Et c’était la sécheresse vaginale ! J’ai plutôt mal vécu la ménopause, du moins la peine. Parce que j’étais jeune. Le facteur psychique est important, je pense qu’il est capable d’accentuer les symptômes physiques. Je me sentais ” hors service “, comme si la ménopause me privait de ma féminité. Aujourd’hui, je suis consciente que ce n’est pas vrai, mais à l’époque, savoir que je ne pourrais plus avoir de bébé, même si je n’y pensais pas du tout – j’ai déjà trois enfants – était déstabilisant.

“J’avais l’impression de nous priver de notre vie sexuelle.

Comme je le disais à mes amis, avec toute la délicatesse du monde : pendant les rapports sexuels, j’avais l’impression que mon mari promenait son pénis… dans le sable. Le sexe est devenu désagréable pour nous deux. Mon mari était compréhensif et me disait que nous pouvions partager des caresses ou même profiter d’un 69 pour que la sécheresse vaginale ne prenne pas le dessus.

Mais je me sentais responsable. J’avais l’impression de nous priver de notre vie sexuelle. Je voulais que tout redevienne comme avant. Petit à petit, je n’ai plus eu envie de faire l’amour. Mais j’ai toujours trouvé mon mari attirant. Entre la sécheresse vaginale, la chute des hormones qui a probablement impacté mon désir et le sentiment de ne plus être une femme, mon désir était moins franc.

Et je n’aimais pas beaucoup mon corps : au bout de quelques mois, j’ai pris du ventre, j’étais serrée dans mes jeans. Décidément, rien n’allait plus. Mon mari et moi avions toujours partagé une vie intime agréable, malgré les aléas de la vie de parents – on ne peut pas tout faire ! – mais là, tout s’arrêtait… Et pendant ce temps, j’étais encore chaude.

“On a décidé d’utiliser du lubrifiant et ça change tout”.

J’ai voulu essayer la sauge et le soja, connus pour apaiser les symptômes de la ménopause. Ces traitements naturels se sont avérés infructueux. J’ai revu ma gynécologue. Elle m’a suggéré de prendre le traitement hormonal de la ménopause. Elle a vraiment pesé le pour et le contre car mes antécédents familiaux n’étaient pas très favorables. Mais il était possible et pas trop risqué pour moi de prendre un THM jusqu’à 50 ans. Comme l’a dit ma gynécologue, l’idée était de “compenser ce que la nature aurait dû maintenir jusqu’à cet âge”. En quelques semaines, j’étais de nouveau sur les rails.

J’étais mieux dans ma tête et dans mon corps, et nous avons refait l’amour “comme avant”. Bien sûr, le traitement a dû être arrêté. Les symptômes sont revenus, mais ils étaient moins importants. A 50 ans, j’ai enfin accepté la ménopause. J’ai retrouvé ma fameuse sécheresse vaginale, bien que moins sévère que la première fois, et j’ai dû faire avec. J’étais prête à le faire, car j’étais mieux à même de gérer les perturbations.

Mon mari et moi avons alors décidé d’utiliser du lubrifiant, et cela a tout changé. Je n’y avais pas pensé à l’âge de 42 ans, mais en regardant l’émission “Grace & Frankie”, où un personnage fait du lubrifiant maison à base de patate douce (enfin, je n’ai pas essayé…), ça a fait tilt. Au début, j’étais gênée. Dès que nous l’avons eu, je me suis dit que si ce n’était pas pour moi et mes problèmes, nous n’en aurions pas besoin. Mais mon mari s’en fichait, et il m’a fait comprendre que le lubrifiant pouvait être un très bon élément de notre sexualité. Depuis, nous avons toujours eu un flacon de gel intime sur la table de nuit.

“Il faut s’éduquer pour trouver des solutions sans avoir peur de déranger”.
Aujourd’hui, le sexe entre nous est plus tendre. Nous prenons davantage notre temps. Mais c’est aussi lié à l’âge, je suppose ! En tout cas, nous sommes à nouveau épanouis sexuellement et j’ai repris confiance en moi.

Mon mari est très attentif et m’a beaucoup soutenue. Nous avons toujours parlé ouvertement de notre vie sexuelle et je pense que c’est important. Ou, si on n’ose pas, au moins se confier à des amis pour dédramatiser et entendre qu’il y a des solutions à chercher en pharmacie ou chez le médecin.

Share This

Partager ceci

Partagez cet article avec vos amis !