Le sel fait partie intégrante de notre alimentation et est omniprésent. L’Organisation mondiale de la santé s’inquiète de l’excès de sel que nous absorbons quotidiennement et nous informe à ce sujet. Incontestablement, le sodium est un élément vital pour l’organisme car il contribue au fonctionnement de l’activité électrique de nos cellules, au maintien du volume plasmatique et à l’équilibre acido-basique.

Cependant, consommé en excès, il peut entraîner de graves problèmes de santé. Mais comment savoir si l’on consomme trop de sel ? Combien de grammes de sel par jour devrions-nous idéalement consommer ? Quelle quantité de sel les aliments contiennent-ils ? Et comment réduire sa consommation de sel ? Cet article vous aidera à y voir plus clair.

Notre consommation de sel

Les Français, comme la plupart des autres habitants de la planète, consomment beaucoup trop de sel. Deux enquêtes de l’Institut national de la consommation révèlent que la consommation moyenne de sel des aliments consommés en France est la suivante

– 8,7 g/jour pour les hommes ;

– 6,7 g/jour pour les femmes ;

– 5,9 g/jour pour les garçons de 3 à 17 ans ;

– 5,0 g/jour pour les filles de 3 à 17 ans, ces deux derniers chiffres variant avec l’âge.

A cela s’ajoute 1 à 2 grammes de sel par jour ajoutés à l’eau de cuisson puis à l’assiette.

Or, l’OMS recommande de consommer moins de 5 grammes de sel par jour, soit un peu moins d’une cuillère à café. Cependant, l’Agence nationale de santé a des objectifs moins glorieux. En effet, les Programmes Nationaux Nutrition Santé se succèdent, et le dernier, nommé PNNS 4 (2019-2023), prévoit de réduire de 30% la consommation de sel des Français d’ici 2025.

Des campagnes de sensibilisation sont menées pour informer les ménages des risques de la surconsommation de sel sur leur santé. En parallèle, les industriels sont incités à réduire la quantité de sel dans leurs produits.

Comment savoir si l’on mange trop de sel ?

Pour savoir rapidement si votre corps contient trop de sel, certains indices peuvent vous mettre sur la piste :

– Des mictions fréquentes : vos reins travaillent davantage pour éliminer le sel, vous urinez donc plus souvent ;

– Maux de tête fréquents, qui sont également un symptôme d’hypertension artérielle ;

– Des problèmes cognitifs dus à la déshydratation causée par l’excès de sel et les mictions fréquentes. Il peut s’agir de problèmes de mémoire ou de concentration, par exemple ;

– Vous pouvez avoir soif car votre corps tente de rétablir votre équilibre hydrique. Vos reins ont besoin d’eau pour fonctionner et éliminer le sel.

Si vous ressentez ces désagréments, il est peut-être temps d’envisager des changements dans vos habitudes alimentaires et de partir à la chasse au sel. Mais vous devez savoir où le trouver.

Où trouve-t-on le sel ?

Pendant des siècles, le sel a été utilisé pour conserver les aliments et comme condiment pour en rehausser le goût. Mais le développement de l’industrie agroalimentaire et la modification de nos habitudes culinaires font qu’aujourd’hui, selon l’OMS, près de 80% du sel que nous ingérons provient des aliments transformés.

Méfiez-vous de certains aliments qui peuvent être riches en sel sans en avoir l’air, car d’autres éléments, comme le sucre, peuvent leur donner un goût moins salé. Seule la lecture de l’étiquette du produit permet de déterminer la teneur réelle en sel. Outre les plats préparés, le sel présent dans notre alimentation quotidienne provient de plusieurs sources :

– Les aliments transformés : les plats cuisinés, les charcuteries comme le bacon, le jambon ou la saucisse, le fromage, les snacks salés comme les chips ou les cacahuètes, les soupes instantanées et de nombreuses autres préparations industrielles ;

– Les aliments consommés de façon récurrente tels que le pain, le pain de mie ou les céréales. Une seule baguette contient 4,7 grammes de sel, et chaque Français consomme en moyenne une demi-baguette par jour ;

– Les ajouts culinaires comme les bouillons-cubes et les préparations épicées ou aromatisées ;

– Les ajouts à table avec d’autres condiments et sous différentes formes comme la sauce soja, les sauces toutes prêtes et le sel de table.

Il est plus facile de réduire sa consommation de sel si l’on sait d’où il vient. Si vous avez l’habitude de consommer régulièrement certains aliments particulièrement riches en sodium, c’est là que se situe le problème. Nous n’abusons que des choses que nous aimons. 

Comment réduire votre consommation de sel ?

Avec quelques petits changements d’habitude, et en faisant attention, tout le monde peut faire quelque chose pour sa consommation de sel. Voici quatre mesures simples à prendre :

– Arrêtez d’ajouter du sel pendant la préparation des aliments ;

– Cessez d’utiliser les salières à table ;

– Limitez votre consommation de snacks salés ;

– Lorsque vous faites vos courses, choisissez des produits qui ne sont pas salés.

Et rassurez-vous, il est quasiment impossible de se retrouver en carence de sodium, tant il est présent dans notre alimentation. Alors sans passer drastiquement au régime sans sel, il est bon de s’interroger sur notre manière de consommer. Facteur d’hypertension, favorisant l’ostéoporose, le sel est comme beaucoup de choses : très bon pour la santé s’il est consommé avec modération.

Share This

Partager ceci

Partagez cet article avec vos amis !